RSS

Quand, comment et combien de temps partir en Islande?

Les chutes de Skogafoss.

L’Islande, avec ses manifestations géologiques, ses terres arides et ses sagas, représente pour beaucoup une destination rêvée. Mais elle est aussi perçue comme un pays inabordable, trop cher, trop sauvage, trop rigoureux. Pourtant, si l’on prépare bien son voyage, il est tout à fait possible de profiter au maximum de cet extraordinaire pays sans se ruiner, que ce soit pour un court ou un long séjour.

Quatre jours en pays sauvage

Un cratère de volcan vu depuis l'avion.

Pour notre première et courte découverte de l’Islande, quatre jours sur place, nous avons décidé de résider à Reykjavik, où nous avons loué une chambre d’hôtel, et de rayonner autour de la capitale. Le jour du départ, nous ignorions encore si nous choisirions pour cela de louer un véhicule ou de nous inscrire à des excursions guidées à la journée. Une fois sur place, nous avons opté pour la location d’une voiture de tourisme.

La colonne de fumée de l'Eyjafjallajökull vue depuis l'avion.

Notre choix s’est avéré judicieux car très économique dans un pays réputé cher. L’Islande n’est pourtant pas hors de portée des petits budgets,  notamment en raison de la crise économique de 2008 qui a durement frappé l’île. Entre janvier et octobre 2008, la monnaie islandaise, la couronne, a en effet perdu près de 50% de sa valeur face à l’euro. Au moment de notre voyage, le taux était de 165 couronnes pour 1 euro. Ce taux fluctuant régulièrement, renseignez-vous avant votre départ.
Par ailleurs, en organisant bien votre séjour, vous pourrez encore économiser quelques devises. L’idéal, surtout pour un premier séjour, est de partir un long week-end ou une petite semaine, de trois à six jours, en mai ou septembre, lorsque les prix des billets d’avion et des hébergements sont moins élevés. Mieux vaut concocter ses vacances soi-même en prenant un vol puis un hôtel séparément plutôt que de s’orienter vers une offre incluant le vol, l’hébergement et éventuellement des excursions, solution plus simple mais plus coûteuse. La compagnie aérienne Icelandair propose régulièrement des tarifs intéressants sur des périodes définies. Nous avons ainsi pu bénéficier d’un vol aller-retour Paris-Reykjavik à 198 euros par personne, quand les billets en été s’affichent aux alentours de 500€. Un conseil: si vous le pouvez, guettez régulièrement le site, ou mieux, abonnez-vous à la newsletter pour recevoir toutes les offres spéciales, et partez lorsque les prix sont au plus bas.

Hôtel du Nord

L'hôtel Cabin à Reykjavik.

Si comme nous, vous désirez loger dans un hôtel à Reykjavik, je ne saurais trop vous recommander le site hoteltravel.com, non seulement pour l’Islande mais également pour toute autre destination. Ce spécialiste des voyages sur internet, qui garantit « les prix les plus bas » ainsi que des réductions allant jusqu’à 75%, négocie directement les tarifs auprès des voyagistes.

Notre chambre à l'hôtel Cabin.

Certaines réservations pourront être validées immédiatement, lorsque la chambre est déjà préréservée par le site. Parfois, lorsque le statut d’une chambre est dit « sur demande », il vous faudra attendre 24 heures environ pour que le tarif vous soit confirmé. Nous avons ainsi trouvé une chambre Deluxe avec petit-déjeuner à l’hôtel Cabin pour 35 euros par nuit, alors que nous aurions payé 57 euros en passant directement par l’établissement. La même chambre en haute saison l’été passe à 96 euros sur le site hoteltravel.com.

La vue depuis notre chambre.

Par ailleurs, nous avons été très satisfaits de cet établissement propre, accueillant et bien situé. Notre chambre s’est avérée tout à fait confortable, surtout au vu de son prix. Elle était composée d’une petite entrée avec un grand placard, d’une salle de bain/wc particulièrement agréable avec sa grande baignoire au puissant jet d’eau bien chaude et son radiateur sèche-serviette, ainsi que de la pièce principale où se trouvaient deux lits simples accolés, deux fauteuils, une petite table, un bureau, un minifrigo et une télévision. Notre chambre donnait sur la mer et nous laissait apercevoir la baie de Faxaflói. La vue n’était cependant pas idyllique, l’hôtel Cabin étant situé dans une zone commerciale face à une station essence, à 15 minutes à pieds du centre-ville.

La salle de restaurant de l'hôtel Cabin.

Le petit-déjeuner, inclus dans le prix de la chambre, se présente sous forme de buffet dans une grande salle au rez-de-chaussée. On y trouve différentes sortes de pain, que l’on peut toaster, des céréales, du beurre, de la confiture mais aussi des crudités, des œufs durs et du jambon. Dans cette même salle sont servis le déjeuner et le dîner pour 1490 couronnes par personne et par repas, soit 10 euros environ au moment de notre séjour. Le restaurant de l’hôtel s’avère très bon marché et pratique si vous ne souhaitez pas sortir, mais ne vous attendez pas à de la grande gastronomie, loin de là. Vous aurez à nouveau le droit à un buffet composé de soupes, de crudités, d’un plat chaud, de pâtes froides, et de rares fruits en guise de dessert. L’Islande n’est d’ailleurs pas réputée pour sa cuisine. Cependant, il existe quelques lieux sympathiques pour déguster d’excellents plats locaux à Reykjavik ainsi que dans le reste du pays.

Le hall de l'hôtel Cabin.

Si vous choisissez de passer votre soirée à l’extérieur, vous pourrez rejoindre le centre-ville à pieds, en bus (l’arrêt se trouve juste devant l’établissement) ou en taxi. Un téléphone à l’entrée de l’hôtel permet d’appeler un taxi sans avoir à composer de numéro. Pour rejoindre l’hôtel Cabin ou un autre établissement depuis l’aéroport, empruntez la navette « Flybus plus» et indiquez au chauffeur votre destination, il vous y déposera. Le billet pour un aller simple coûte 2500 couronnes (à peu près 17 euros), 4500 pour un aller-retour (environ 30 euros). La veille de votre départ, indiquez à l’accueil l’heure de votre vol et le personnel se chargera d’appeler le service de navettes et de réserver votre trajet.  A ce sujet, vous trouverez à l’accueil de l’hôtel Cabin des employés très accueillants, toujours prêts à vous renseigner sur les différentes activités dans la capitale et ses alentours. D’une manière générale, les islandais se montrent sympathiques et serviables mais réservés. Pas question pour eux de vous aborder sans vous connaître ou de  « tailler le bout de gras ». Ne voyez pas cela comme de la froideur mais plutôt comme une distance polie.
C’est en consultant les nombreuses brochures d’excursions à la journée et les tarifs de location de voiture à l’accueil de notre hôtel que nous avons décidé d’opter pour la location d’un véhicule.

En voiture Simone !

Notre voiture de location.

Les agences touristiques proposent une multitude de formules à la journée vous permettant de découvrir l’Islande en bus ou en 4×4. Des visites classiques sur les sites les plus connus, comme le Cercle d’Or ou le Blue Lagoon, aux tours plus sportifs incluant des randonnées ou des balades en motoneige sur les glaciers, en passant par l’observation des baleines ou des aurores boréales, le choix est vaste et vous n’aurez pas de mal à vous occuper durant votre séjour. Avantages de ce genre d’excursions : pouvoir sillonner le pays sans avoir le permis, ne se soucier de rien, profiter des connaissances d’un guide et faire de nouvelles rencontres. Inconvénients : ne pas être libre d’organiser sa journée comme on le souhaite et être dépendant des envies ainsi que du rythme des autres participants. Par ailleurs, point de vue tarifs, ces prestations sont moins intéressantes que la location d’une voiture si vous voyagez à plusieurs. Comptez une soixantaine d’euros par personne pour les excursions les moins chères, telles que le Cercle d’Or ou la péninsule de Reykjanes, et plus de 200 pour les plus onéreuses, offrant la possibilité de parcourir les glaciers. Ajoutez à cela le prix des repas, non compris. Les visites en revanche sont incluses, mais peu de sites étant payants, hormis quelques musées, cela ne représente pas un grand avantage. La location d’un petit véhicule de tourisme, une Toyota Yaris dans notre cas, en basse saison, revient à environ 60 euros par jour hors carburant (90 euros de juin à septembre), à diviser par le nombre de passagers… Un prix défiant toute concurrence donc. L’essence ne vaut guère plus cher qu’en France : 1,40 euros le litre. S’affichant au même prix, le diesel est donc un peu plus onéreux que dans l’Hexagone.

Un exemple de "petit" 4x4 islandais.

Nous avons pour notre part fait appel au loueur CC Car, dont nous avons trouvé la brochure, parmi une foultitude d’autres aux tarifs similaires, à l’accueil de l’hôtel. Là encore, le personnel s’est chargé de nous mettre en relation avec un employé de l’agence, qui est venu nous chercher en voiture le lendemain. Notre « bolide », propre et en très bon état, nous a donné entière satisfaction et la souplesse quant aux horaires de retour du véhicule nous a paru fort commode. Vous pouvez aussi réserver votre véhicule depuis la France par internet, notamment sur le site Autoescape, ce qui peut être utile en période de vacances scolaires. Mais contrairement aux affirmations du Guide du Routard, les tarifs n’y sont pas moins élevés que sur place.

Un véhicule idéal pour circuler sur les pistes.

Si une petite voiture comme la nôtre est amplement suffisante pour emprunter la route 1, asphaltée et décrivant tout le tour de l’île, de même que diverses routes secondaires, vous devrez impérativement louer un 4×4 pour vous aventurer sur les pistes, seuls moyens d’accéder à certains sites. Comptez alors au moins 120 euros par jour d’octobre à mai, 180 de juin à septembre Cependant, si vous partez comme nous hors saison, sachez que de nombreuses pistes sont alors fermées et totalement inaccessibles, n’ouvrant que de mi ou fin juin à fin août. Certaines excursions ne sont également possibles que de mi-mai à mi-septembre. Nous n’avons ainsi pas pu explorer la région du Landmannalaugar, l’une des plus impressionnantes d’Islande. Vous devrez donc définir la période de votre séjour non seulement en fonction de votre budget mais aussi des endroits que vous désirez découvrir. Rassurez-vous, l’Islande offre suffisamment de richesses pour être comblé en toute saison !

Le tour d’Islande, pour tous les goûts et tous les budgets

L'été, les résidences étudiantes se transforment en "hôtels Edda".

Pour ceux qui disposent de plus de temps, un excellent moyen de découvrir ou redécouvrir l’Islande est d’en faire tout le tour en une dizaine de jours. Trois solutions s’offrent alors à vous : circuler en voiture (citadine ou 4×4), en bus ou en camping-car. Si vous choisissez la première option, vous pouvez soit organiser votre circuit seul, soit passer par une agence de voyage proposant un autotour. Comptez alors environ 1000 euros pour huit jours comprenant le vol aller-retour, la location d’une voiture et les nuits à l’hôtel ou en chambre d’hôte avec petit-déjeuner mais en salle de bains et WC partagés. Un itinéraire préétabli, éventuellement personnalisé, vous est fourni, présentant l’avantage de n’avoir pas à vous soucier des différentes étapes, mais offrant moins de liberté qu’en improvisation pure. Si vous voyagez par vos propres moyens, vous pouvez réduire les frais à condition de ne pas être trop regardant sur le confort. Privilégiez l’hébergement en campings (moins de 10 euros par nuit et par personne), nombreux en Islande, si vous ne craignez pas les conditions météos difficiles (pluie, vent, humidité…). Si vous préférez loger « en dur », tournez-vous du côté des auberges de jeunesse (aux alentours de 20 euros par nuit et par personne) et des hôtels Edda, des établissements scolaires aménagés en hôtel pour l’été (à peu près 50 euros la chambre double). Vous pouvez encore y descendre la note en apportant votre sac de couchage et obtenir, par exemple, une nuit en Edda pour une douzaine d’euros. La réservation y est fortement conseillée, de même qu’en auberge de jeunesse l’été. Pour ceux qui désirent aller à la rencontre des habitants, rien de tel que les chambres d’hôtes ou les fermes (autour de 90 euros par nuit et par personne), qui acceptent aussi parfois le sac de couchage, moyennant une intéressante réduction. Enfin, pour les plus soucieux de leur confort et de leur indépendance, reste la possibilité de dormir à l’hôtel (100 euros environ pour une chambre double), parfois avec son sac de couchage, mais ils ne sont pas toujours évidents à trouver dans certaines régions désertiques.

La carte du réseau de bus de la compagnie Reykjavik Excursions

Si vous n’êtes pas titulaire du permis du conduire ou que vous ne souhaitez pas louer une voiture, pensez à l’auto-stop, assez fréquent en Islande, ou aux divers réseaux de bus. Trois compagnies de cars desservent le pays de mi-juin à fin août (oubliez ce moyen de locomotion en dehors de ces périodes) : Reykjavik Excursions, Trex et Netbus. Leurs nombreuses formules vous permettront soit de partir une journée sur les sites les plus célèbres, soit de faire tout le tour de l’île à votre rythme en passant par des endroits moins accessibles, ces véhicules étant tout-terrain. Cette solution est de loin la moins chère si vous voyagez seul. Comptez 250 euros pour un billet valable sept jours autorisant les retours en arrière et comprenant toutes les zones desservies par la compagnie Reykjavik Excursions, ce qui vous permettra de sillonner une grande partie du pays. Cette offre se décline sur quatre autres durées allant jusqu’à quinze jours pour 430 euros. Le groupe Trex propose de son côté un passeport pour faire le tour de l’Islande en empruntant la route 1, sans possibilité de revenir sur ses pas, mais sans limite dans le temps, pour 220 euros. Des connexions pour les sites plus reculés sont possibles en option, mais gare à l’alourdissement de votre facture !

Le ferry Smyril Line permet de rejoindre l'Islande depuis le Danemark en camping-car.

Enfin, pour les plus chanceux, la solution idéale pour profiter au maximum de l’Islande me semble être le camping-car. Car une fois à bord de ce véhicule, point de souci pour trouver un hébergement, point de contrainte quant à l’itinéraire ou la durée des étapes, et bien sûr plus de problème de transport. Pour les heureux propriétaires d’un camping-car, la seule compagnie maritime proposant la traversée de l’Atlantique vers l’Islande, au départ du Danemark, est Smyril Line. Elle dure trois jours pour un trajet direct, mais en été, vous avez la possibilité de faire une escale de trois nuits à l’aller, deux au retour pour visiter les îles Féroé. Seul souci : les tarifs sont absolument prohibitifs. En haute saison, ils s’élèvent à au moins 2000 euros (la moitié en basse saison) aller-retour pour un couple en cabine partagée sans hublot. Ce voyage demande bien sûr de pouvoir partir au moins trois semaines. Vous pouvez également louer un camping-car sur place, mais les prix ne sont pas forcément plus attractifs. L’agence islandaise Geysir en propose à partir de 1400 euros par semaine (2000 euros en été).

Un pays qui fait la pluie et le beau temps

Une première photo du phare de Gardur, dans la péninsule de Reykjanes...

Pour déterminer la période à laquelle vous partirez, outre les tarifs, l’état des pistes et la disponibilité des transports, une autre information est à prendre en compte : le climat. Détrompez-vous si vous pensez être confronté en Islande à des températures polaires. Le pays des glaces profite d’un climat tempéré, avec un thermomètre descendant rarement en dessous de 0° l’hiver et affichant le plus souvent 12° en été… Idéal pour fuir les grosses chaleurs du continent. D’ailleurs, dès 20°, les Islandais parlent de « canicule ».

Le plus ennuyant concernant le temps est son caractère changeant. Il n’est pas rare d’avoir la sensation de passer par toutes les saisons au cours d’une seule et même journée. Les averses sont fréquentes, de même que les rafales de vent, et les bulletins météo peu fiables. Consolez-vous avec ce dicton islandais : « Si vous n’aimez pas le temps qu’il fait, attendez quelques minutes ». Nous avons pu constater la véracité de cette maxime lors de notre journée sur la Côte sud, notamment lors de notre passage à Vik, puis dans la Péninsule de Reykjanes.

... Un deuxième cliché 15 minutes plus tard, avec un ciel plus dégagé!

Mais nous avons été globalement chanceux avec la météo. Début mai, nous avons eu le droit à des températures autour de 10°, peu de pluie et de nuages et nous n’avons jamais souffert du froid. Nos doudounes étaient presque de trop ; en cette saison, un bon blouson est suffisant. D’ailleurs, nous avons trouvé l’air plus frais à Paris lors de notre retour. Prévoyez cependant tous les types de vêtements pour vous couvrir, surtout si vous partez en randonnée, et même en été, principalement sous la tente, car le thermomètre peut vite descendre la nuit.

Enfin, sachez qu’à chaque saison ses avantages et ses inconvénients. En hiver, la nuit est certes très longue, mais vous pourrez admirer les aurores boréales, ces phénomènes lumineux dessinant d’impressionnants rideaux colorés dans le ciel nocturne. En été, tous les tarifs sont certes plus élevés mais vous bénéficierez de longues journées, le soleil ne se couchant quasiment jamais, et au mois de juin, vous aurez la possibilité d’apprécier le soleil de minuit. Et contrairement à d’autres pays nordiques, comme la Norvège et la Finlande, vous ne devriez pas souffrir des moustiques.

A la lumière de toutes ces informations, il apparaît que l’idéal, pour profiter au mieux de cet extraordinaire pays qu’est l’Islande, serait de partir une dizaine de jours en juin, et pourquoi pas d’y retourner en hiver moins longuement, pour voir les paysages sous d’autres couleurs. Dans tous les cas, et malgré les idées les plus répandues, cette destination est ouverte à tous, quels que soient votre budget, vos disponibilités, votre mode de vie, plutôt sédentaire ou nomade, vos activités, sportives ou contemplatives, ainsi que votre âge. Alors n’hésitez plus et envolez-vous vers cette contrée… qui ne vous laissera certainement pas de glace !

Liens

Pour consulter les taux de change: http://bourse.lesechos.fr/bourse/devises/convertisseur.jsp

Pour comprendre la crise financière en Islande: http://www.toutelislande.fr/NotreAvisCriseIslande.html

Pour rechercher un hôtel : www.hoteltravel.com/

Pour trouver un vol : www.icelandair.fr/

Pour vous renseigner concernant les navettes de l’aéroport : www.re.is/Flybus//

Pour vous renseigner au sujet des excursions à la journée : www.re.is/DayTours/ ou www.grayline.is/ ou encore www.airiceland.is/AirIceland/Actionpackeddaytours/ pour des excursions en avion à l’autre bout du pays

Pour louer une voiture: http://citycar.ferdathing.is/ ou www.autoescape.com/

Pour louer un camping-car : www.geysir.is/products.php?productid=17

Pour vous déplacer en bus : www.re.is/IcelandOnYourOwn/ ou http://en.trex.is/?c=webpage&id=30&lid=24&pid=0&option=links ou http://www.netbus.is/en/home

Pour aller en Islande avec votre propre véhicule en passant par le Danemark puis en traversant l’Atlantique en ferry, renseignez-vous auprès de l’agence française Voyages Gallia, partenaire de la compagnie Smyril Line : http://www.voyages-gallia.fr/fre/top/l-islande-en-car-ferry/