Que vous soyez soucieux de votre confort ou à la recherche de bonnes affaires, vous trouverez sans aucun doute votre bonheur aux Rousses. L’offre y est en effet extrêmement diversifiée, entre les hôtels, les locations d’appartements, les gîtes, et les chambres d’hôtes répartis sur les quatre villages de la station.

Des logements comme s’il en neigeait

L'hôtel Le Lodge des Rousses.

Question hébergement, on en trouve pour tous les goûts et toutes les bourses dans ce petit coin du Jura. Rien qu’au village des Rousses, on dénombre huit hôtels, dont cinq 2 étoiles et trois 3 étoiles, une auberge de jeunesse, quatre centres de vacances, quatre gîtes, deux chambres d’hôtes ainsi que des dizaines de locations de maisons et d’appartements meublés.
Comptez, par personne et par nuit, 20 euros à l’auberge de jeunesse, une trentaine d’euros en gîte, de 25 à 45 euros en chambre d’hôte, de 30 à 90 euros à l’hôtel. En meublé, les tarifs pour un studio de deux personnes tournent autour de 450 euros pour une semaine pendant les vacances de février et de mars, 300 pendant les Fêtes, 250 en été. Vous trouverez le même type de prestations à des tarifs similaires à Bois-d’Amont, Prémanon et Lamoura.

Les camping-caristes peuvent profiter de trois emplacements gratuits aux Rousses et à Bois-d’Amont, avec des bornes d’eau et d’électricité payantes, par carte bleue ou par jetons à acheter à la mairie. Le village de Lamoura dispose également  d’une borne d’eau et de vidange. Enfin, vous trouverez à Prémanon le camping-caravaneige des Trois oiseaux, aux tarifs particulièrement avantageux: 4,50 euros par jour et par personne, 2,40 par voiture,  4,30 par tente et 4,80 par camping-car en vacances scolaires d’hiver. Des mobil-homes peuvent aussi être loués à partir de 240 euros la semaine pour quatre personnes.

Pour notre part, nous avons décidé de privilégier le confort en choisissant un hôtel 3 étoiles en plein centre du village des Rousses: la ferme du Père François.

Coup de cœur pour la Ferme du Père François

La façade de l'établissement "La Ferme du Père François".

Maman mitonne, papa réceptionne. C’est ainsi qu’on pourrait résumer l’ambiance à l’hôtel-restaurant familial « La Ferme du Père François ». François, comme François Guinchard, le jovial propriétaire, qui a repris, en juin 2006 avec sa femme Mireille ce qui était avant une pizzeria, et en a totalement revu l’aspect ainsi que la cuisine. Basta les pastas, place aux plats traditionnels de la région, fini le contemporain, bonjour la décoration « locale » et champêtre. C’est de cette salle de restaurant réaménagée que vient le nom de « ferme », plutôt étonnant au premier abord pour un établissement situé en pleine ville, dans un bâtiment récent.

La salle "grand-mère" de l'hôtel "La Ferme du Père François".

Mais en pénétrant dans la première pièce, faisant à la fois office de bar et de salle de petit déjeuner, vous plongez dans l’atmosphère d’un salon de grand-mère, avec son papier-peint fleuri, son épais parquet massif, ses vieilles photos et son transistor. Pour renforcer l’impression d’une maisonnée, un pan de mur est même constitué de buches de bois encadrant une fausse fenêtre donnant sur l’entrée. Passez le bar de bois et vous voilà dans l’étable, en fait la salle de restaurant, ornée de pommes de pin suspendues, d’anciens outils, de cloches de vache et de mangeoires. Séparée par une arche en tavaillon de bois, la remise, avec ses ustensiles et ses tables pour recevoir les clients. Elle donne sur une grande terrasse baignée de soleil. Pour concevoir ce décor, Mireille et François ont récupéré ces objets dans les caves et greniers de leurs parents, paysans et ébénistes jurassiens.

La chambre Germaine à l'hôtel "La Ferme du Père François".

A l’étage, l’établissement dispose de sept chambres cosy et boisées, toutes désignées par un prénom peint sur les portes, et d’un confortable salon coloré. Nous fumes logés « chez Germaine », qui nous laissa disposer de son grand lit douillet, de sa petite mais agréable salle de bain, de sa vue sur la rue Pasteur et de sa télévision à écran plat. Pour profiter de ses charmes, vous devrez débourser 115 euros par nuit, et jusqu’à 180 euros pour sa voisine Fernande, pouvant héberger quatre personnes dans ses 30m2.

La salle de restaurant de la Ferme du Père François.

L’accueil du « Père François », de « Mimi » et de leurs employés fut plein de chaleur et d’attention. Ils n’hésitèrent pas à venir discuter avec nous, à s’enquérir de nos impressions et à nous renseigner voire nous dépanner en cas de souci. Si vous les rencontrez, demandez leur de ma part des nouvelles de leur grand voyage aux quatre coins du monde, qu’ils prévoyaient de réaliser quelques mois après notre séjour.
Et que dire de la cuisine de Mireille, aux fourneaux pendant que son mari assure le service… Un régal! Pour y goûter, ajoutez au prix de votre chambre 12 euros par personne pour le copieux petit-déjeuner composé notamment de confitures maison et de fromages locaux, 38 euros pour une demi-pension et 52 euros pour une pension complète. Des tarifs certes élevés, mais justifiés par le travail de cette charmante petite équipe, qui nous a confié avoir fait appel à une décoratrice d’intérieur et à une agence de communication pour mettre à neuf cet établissement… Une vraie réussite!

Liens

Pour consulter les diverses possibilités de logement sur la station des Rousses: www.lesrousses.com/index.php?id=480&L=0

Concernant les aires réservées aux camping-cars: www.lesrousses.com/fileadmin/pdf/Acces_station/Depliant_Campingcar.pdf

Le site du camping-caravaneige des Trois oiseaux: http://les3oiseaux.com/

Le site de l’hôtel-restaurant « La Ferme du Père François »: www.perefrancois.fr/