Auteur : Zazou

Irlande: Belfast and furious

C’est principalement le soir, à toute hâte, dans une ambiance jeune et alcoolisée que nous avons découvert la principale ville d’Irlande du Nord. Nous y sommes arrivés en début de soirée, vers 20 h, et avons rapidement décidé de prendre une chambre à l’hôtel Jury’s Inn, situé sur l’une des principales avenues, Great Victoria Street. A peine les valises posées, nous sommes partis arpenter les rues de Belfast à la rencontre de ses immeubles imposants, de ses bâtiments en briques rouges et de ses artères commerçantes. Comme un air d’Angleterre Le moins que l’on puisse dire, c’est que Belfast n’est pas une « jolie » ville. Très dépareillée, les belles façades victoriennes succèdent aux hideuses constructions plus modernes, sans aucune harmonie. Great Victoria Street, large boulevard à la circulation dense et aux édifices d’architectures toutes différentes, rappelle certaines avenues américaines. Le Grand Opera House en briques rouges et la massive église Church House se noient entre des buildings au style discordant. Les rues piétonnes bordées de boutiques apportent une animation « commerciale » en journée mais sans grand charme. Le soir, ce sont les jeunes irlandais déjà éméchés et les jeunes filles bien en chair et plutôt dévêtues qui mettent l’ambiance. Dans cette partie de l’île rattachée au Royaume-Uni, l’atmosphère m’évoque fortement les soirées anglaises. Nous arrivons à Donegall Square, une calme et agréable place arborée où se trouve l’hôtel de ville. Cet...

Read More

Irlande: ne cherchez pas le fin du faim

La gastronomie représente pour moi un aspect primordial d’un voyage. Hors de question de visiter un pays ou une région sans goûter aux produits et plats locaux et sans tenter de dépasser certains clichés. J’aurais tant aimé pouvoir revenir d’Irlande en affirmant que, non, la cuisine irlandaise n’est pas lourde et sans saveur et qu’on y  trouve de délicieux mets. Malheureusement, malgré notre curiosité culinaire et notre grand tour de dix jours dans le pays, la gastronomie d’Eire et d’Ulster ne nous a pas séduits. Certes généreuse, elle ne satisfera cependant pas les palais les plus exigeants. Misez sur le copieux petit-déjeuner Le petit-déjeuner, appelé « full Irish breakfast », est pour moi le meilleur repas irlandais. Copieux et varié, il permet de faire le plein d’énergie pour tenir toute la journée et économiser un déjeuner. Il se compose d’une boisson chaude – thé ou café généralement, mais vous pouvez aussi demander un chocolat chaud, parfois saupoudré de petits marshmallows – de céréales, d’œufs – au choix durs (boiled), brouillés (scrambled) ou au plat (fried) – de petites saucisses, de bacon, de boudin noir et blanc (black and white pudding), de tomates et de champignons frits, et parfois de galettes de pommes de terre ainsi que de fruits. Bien sûr, rien ne vous oblige à manger tout ça! Le royaume de la pomme de terre Privés de pomme de terre pendant...

Read More

Irlande: un budget transports à ne pas négliger

Ne possédant pas de véhicule, c’est en avion que nous nous sommes rendus en Irlande en septembre 2010, où nous avons récupéré une voiture de location réservée sur internet. Si lors des premières démarches, les tarifs de ces moyens de locomotion peuvent paraître particulièrement attrayants, mieux vaut ne pas oublier certains points de détail et ne pas chercher les économies… à tout prix! Low cost ou compagnie nationale? C’est sur un comparateur de prix sur internet que j’ai procédé aux premières recherches pour trouver un vol à prix raisonnable. Quelle ne fut pas ma joie de voir un trajet Paris-Dublin aller-retour pour deux personnes chez Aer Lingus s’afficher à 90 euros! Quelle ne fut pas ma déception, une fois sur le site de la compagnie, de voir qu’il fallait en fait ajouter à cela 170 euros de taxes, 25 euros d’assurance, 60 euros de bagages et 20 euros de frais de gestion, faisant ainsi monter le prix des billets à 365 euros. Voilà des procédés ressemblant fort à ceux des compagnies low cost. C’est que Aer Lingus, compagnie nationale irlandaise, a un temps adopté leur politique et leurs tarifs. Mais en raison d’un mauvais bilan financier et de la concurrence de Ryanair, compagnie low cost irlandaise, elle a décidé de revenir, dès janvier 2010, à des vols plus chers… mais n’a visiblement pas totalement abandonné les pratiques des compagnies...

Read More

Irlande: dix jours pour prendre l’Eire

Voilà des années que je désirais découvrir l’Irlande, réputée pour ses vertes collines, ses habitants accueillants ses soirées au pub et ses légendes celtiques. N’étaient-ce là que des clichés ou le véritable reflet d’un pays hospitalier? Pour en avoir le cœur net, nous avons décidé, avec mon compagnon, d’entreprendre le tour du pays en dix jours, en septembre 2010. Lui avait déjà eu l’occasion de visiter la verte Eirin dix ans plus tôt, lors d’un séjour d’une semaine qui ne lui avait pas laissé le temps d’explorer l’Irlande du Nord. Nous avons donc choisi de réaliser notre circuit au départ de Dublin en longeant la côte dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, afin de commencer par l’Ulster  (l’Irlande du Nord, majoritairement protestante et rattachée au Royaume-Uni) puis de poursuivre par l’Eire (aussi appelée République d’Irlande ou Irlande du Sud, catholique et indépendante). Mon titre est donc quelque peu mensonger puisqu’en dix jours, onze pour être exacte, c’est toute l’Irlande que nous avons eu l’occasion de parcourir. Autant le dire tout de suite: dix jours, c’est le temps minimum nécessaire à ce genre de circuit dans le pays. Pour le boucler, il nous a fallu parcourir de nombreux kilomètres en voiture chaque jour (de 200 à 300 kilomètres), ce qui implique de ne pas pouvoir s’attarder trop longtemps à chaque étape, de faire des choix sur certains lieux...

Read More

Une journée au lac Léman depuis Les Rousses

Lors de notre dernière journée aux Rousses, la neige n’étant pas suffisamment présente pour nous adonner à certaines activités, comme le traîneau à chiens, nous avons décidé de nous rendre en train au Lac Léman, à Nyon d’abord, côté suisse, puis à Yvoire, côté français, sur l’autre rive. Une matinée à Nyon Nous voilà, dès 8h40, à l’arrêt de Skibus de l’office de tourisme des Rousses. Nous montons dans la navette et arrivons, cinq minutes plus tard, à la gare de la Cure, à la frontière franco-suisse. Juste le temps de prendre nos billets au distributeur automatique et le train rouge et orange fait son apparition. Nous y grimpons et moins de deux minutes plus tard, sommes en route vers le col de Saint-Cergue. Avant de l’atteindre, nous jouissons d’une très belle vue sur le sommet de la Dôle et sa boule blanche, contenant un radar destiné à l’aviation et une station météo. La chance est avec nous: le ciel est superbe, bleu et dégagé, et le soleil bien présent. Nous passons des forêts qui nous laissent entrevoir la route, nous arrêtons cinq minutes à la gare de St-Cergue, retraversons des étendues boisées puis apercevons l’autre versant de la Dôle. La brume matinale recouvre encore le Lac Léman et les Alpes, à peine distinguables, mais la vue sur les monts jurassiens est superbe. Notre train marque quelques courts arrêts...

Read More