Mois : août 2010

Islande : un Cercle d’Or loin d’être en toc

Pour notre première journée de pérégrinations en Islande, nous avons choisi d’explorer l’un des sites les plus touristiques: le Cercle d’Or. S’il ne s’agit certes pas de la plus belle région de l’île, cette zone représente malgré tout un passage obligé, puisqu’elle regroupe trois impressionnants phénomènes de la nature: des failles sismiques, des geysers et une grandiose chute d’eau. Moi qui redoute la perte d’authenticité des lieux dits «touristiques», souvent gâchés par les grandes affluences et la présence de nombreux «marchands du temple», j’ai été agréablement surprise de trouver des paysages préservés de la foule et surtout non-surexploités du fait de leur popularité. Ici, point de boutiques de souvenirs ou de buvettes à gogo, le cadre reste sauvage. Les sites en eux-même ne sont ni clôturés, ni cernés de «péages». Les visiteurs y accèdent librement et gratuitement. Évidemment, je n’oublie pas que nous sommes partis hors saison, début mai, et que l’été, les cars de touristes sont bel et bien présents. Mais certainement rien à voir avec le Mont-St-Michel ou St-Tropez en plein mois d’août! Une formidable leçon d’histoire-géo à Thingvellir Nous avons donc pris la direction du sud depuis Reykjavik et bifurqué avant Selfoss sur la route 35 puis 36, qui longe le lac Thingvallavatn, le plus grand d’Islande. Quel dépaysement que de se trouver seuls dans ces grandes étendues ocres! Le paysage nous émerveille déjà, avec ses...

Read More

Islande: que manger au pays des glaces?

Lorsque l’on parle de pays des glaces, on ne sous-entend évidemment pas la crème glacée mais bien les paysages gelés. Mais alors, que savourer en Islande ? L’île n’est pas réputée pour sa gastronomie. Vous aurez beau vous creuser les méninges, a priori, aucun plat typique du pays ne devrait vous venir à l’esprit. Et pour cause, l’Islande est victime d’une certaine américanisation de la nourriture, avec des fast-foods se multipliant comme des petits pains, en même temps que le nombre d’obèses. Sans compter sur le climat, peu propice à la culture des fruits et légumes. Pourtant, l’Islande sait aussi régaler ses hôtes de mets délicats et de produits frais. Une gastronomie peu connue Nation de pêcheurs, l’Islande propose de nombreuses variétés de poisson. On pense immédiatement au saumon bien sûr, appelé Lax. N’oubliez pas ce nom, car nous qui ne le connaissions pas, nous avons eu toutes les peines du monde à faire comprendre à nos interlocuteurs que nous cherchions un endroit où déguster du saumon, même en parlant anglais et en utilisant moult périphrases et descriptions. D’ailleurs, en ce début du mois de mai, très peu de restaurants en proposaient à leur carte. Rien d’anormal à cela, la saison de ce poisson se situant uniquement de mai à septembre. Vous pourrez également goûter au haddock, à l’églefin, à la truite, au flétan, au hareng et à la...

Read More

Quand, comment et combien de temps partir en Islande?

L’Islande, avec ses manifestations géologiques, ses terres arides et ses sagas, représente pour beaucoup une destination rêvée. Mais elle est aussi perçue comme un pays inabordable, trop cher, trop sauvage, trop rigoureux. Pourtant, si l’on prépare bien son voyage, il est tout à fait possible de profiter au maximum de cet extraordinaire pays sans se ruiner, que ce soit pour un court ou un long séjour. Quatre jours en pays sauvage Pour notre première et courte découverte de l’Islande, quatre jours sur place, nous avons décidé de résider à Reykjavik, où nous avons loué une chambre d’hôtel, et de rayonner autour de la capitale. Le jour du départ, nous ignorions encore si nous choisirions pour cela de louer un véhicule ou de nous inscrire à des excursions guidées à la journée. Une fois sur place, nous avons opté pour la location d’une voiture de tourisme. Notre choix s’est avéré judicieux car très économique dans un pays réputé cher. L’Islande n’est pourtant pas hors de portée des petits budgets,  notamment en raison de la crise économique de 2008 qui a durement frappé l’île. Entre janvier et octobre 2008, la monnaie islandaise, la couronne, a en effet perdu près de 50% de sa valeur face à l’euro. Au moment de notre voyage, le taux était de 165 couronnes pour 1 euro. Ce taux fluctuant régulièrement, renseignez-vous avant votre départ. Par ailleurs,...

Read More

Soyez prêts à dévaler les pistes des 3 Vallées

Qu’il s’agisse de vos transports, de l’achat de vos forfaits pour les remontées mécaniques ou de la location de votre matériel, vous pouvez préparer votre séjour de chez vous, afin de gagner du temps une fois sur place. Une anticipation pas toujours avantageuse Désormais, tout peut se faire en avance et de chez soi, par internet. Ainsi, si vous comptez vous rendre à Brides-les-Bains par le TGV, vous pouvez non seulement acheter vos billets de train sur le site SNCF.com, mais également les tickets de la navette qui vous emmènera de la gare de Moutiers au village de Brides (6 km de trajet, à peine dix minutes), sur le site de la compagnie Transdev Savoie. Celui-ci s’avère particulièrement complet. Vous y trouverez tous les renseignements concernant les horaires et les tarifs des cars qui desservent aussi d’autres stations, telles que Méribel, Courchevel ou Val Thorens. Cependant, dans ce cas bien précis, l’achat de vos tickets sur le net peut présenter certains inconvénients. En effet, lors de la réservation, la compagnie de transport encaisse 2 euros de frais de dossier. Un trajet aller-retour entre Moutiers et Brides vous coûtera ainsi 6,50 euros au lieu de 4,50. Par ailleurs, les billets au départ de Moutiers ne sont pas auto-imprimables et doivent donc être envoyés à votre domicile, ce qui vous oblige à les commander au moins sept jours avant votre départ....

Read More